soins, quotidiens avec des méthodes 100% nature
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Lutte Biologique : les insectes auxiliaires

Aller en bas 
AuteurMessage
Orchidée
Admin
avatar

Nombre de messages : 779
Localisation : Haute-Savoie
Date d'inscription : 19/04/2006

MessageSujet: Lutte Biologique : les insectes auxiliaires   Lun 11 Aoû - 21:18

Il existe une alternative moins nocive pour lutter contre les ravageurs du jardin.
Faire des associations de plantes multiples aux dates de floraison diverses attire de nombreux insectes utiles : coccinelles, chrysopes, syrphes, guêpes, carabes, perce-oreilles,... sont carnivores. Ils se nourrissent donc d’autres insectes et de micro-organismes ; les araignées sont redoutables pour les insectes.
Tous les êtres vivants du jardin participe à l’équilibre de son écosystème. L’usage des désherbants, produits de traitement et d’engrais chimique soluble détruit cet équilibre.

La définition officielle stipule que la lutte biologique est « l'utilisation d'organismes vivants pour prévenir ou réduire les dégâts causés par des ravageurs », donc, en résumé, faire appel à la nature en employant les prédateurs naturels pour combattre les ravageurs. La lutte biologique est un moyen de limiter un ennemi donné par son prédateur naturel qui devient un auxiliaire du jardinier. Ce principe, inventé il y a 150 ans, bien avant les traitements chimiques, rétablit les équilibres naturels.
Les auxiliaires qu'on cherche à utiliser sont le plus souvent des insectes entomophages, des acariens entomophages ou parasites. Un prédateur bien connu est par exemple la coccinelle qui se nourrit de pucerons. D'autres auxiliaires peuvent aussi être des bactéries ou des virus qui provoquent certaines maladies chez les insectes nuisibles. On parle de muscardines dans le cas de champignons.
Une forme particulière est la lutte « autocide » : on fait appel à des mâles stériles, qui lâchés en grand nombre concurrencent les mâles sauvages et limitent très fortement la descendance des femelles. Cette méthode est bien adaptée aux cultures sous serre.
Une méthode proche est celle qui consiste à utiliser des phéromones (hormone sexuelle) pour attirer les mâles dans des pièges ou tout simplement les désorienter par confusion.
L'utilisation de ces méthodes est encore limitée à cause des difficultés techniques qu'elle rencontre, pour identifier les auxiliaires utiles, qui soient spécifiques des objectifs de lutte, et ensuite assurer leur production en masse pour permettre une mise en œuvre à grande échelle.
De plus en plus la lutte biologique entre dans un cadre plus large, la lutte intégrée qui associe tous les moyens de lutte disponibles, chimique, biologique, mécanique, thermiques... et qui vise non pas à éliminer totalement les ravageurs, mais à maintenir leur population en dessous d'un seuil supportable économiquement parlant.

Pourquoi et comment avoir recours à la lutte biologique ?

Les avantages de cette lutte sont qu’il n’y a pas de risque de surdosage ou d’empoisonnement ni de pollution.
Cette solution est ciblée à un parasite, et ne détruit donc pas l’ensemble de la faune.
Pour réussir sa lutte bio : l’utiliser si le ravageur est en quantité suffisante pour nourrir l’auxiliaire. Il vaut mieux ne pas avoir utilisé de pesticide quelconque depuis au moins 2 mois, et ne plus utiliser de purin d’ortie ni de décoction à partir de la mise en place des prédateurs.
Il vaut mieux utiliser les prédateurs adaptés aux ravageurs, dans les conditions climatiques correspondant aux besoins des prédateurs.

Il est également possible de favoriser la présence des insectes auxiliaires en plantant des végétaux appropriés, notamment des plantes mellifères pour les abeilles et les papillons.
Acheter au besoin des insectes auxiliaires comme les larves de coccinelles indigènes contre les pucerons.

L’installation d’une ruche peut favoriser la pollinisation et augmenter les récoltes de fruits.

Savoir utiliser les insectes auxiliaires

La plupart des êtres vivants du jardin sont indispensable à la santé des plantes, seul un petit nombre sont des ravageurs de cultures. Ils participent à l’équilibre des écosystèmes détruits par les produits de traitements et engrais chimiques. Plus le jardinier traite son jardin, plus il doit le traiter !!
Les auxiliaires se nourrissent des des ravageurs des cultures.
Différents prédateurs selon s’ils doivent agir au jardin ou en serre/véranda.

Les insectes auxiliaires s’installent naturellement dans votre jardin si vous voulez bien les accueillir.
Les coccinelles : Les coccinelles sont les prédateurs naturels des pucerons. Chaque coccinelle mange au moins 50 pucerons par jour. Pour attirer des coccinelles près de son potager, il suffit simplement de planter les plantes où elles aiment pondre leurs œufs comme l'achillée et la tanaisie. La présence dans les environs d'arbres à écorce très rugueuse aidera les coccinelles a y hiverner.
Les guêpes : « Les guêpes sont des dangereux prédateurs pour la plupart des insectes. Mais elles ont aussi besoin de nectar pour balancer leur diète. La présence de plantes mellifères les attirera au jardin. Les camomilles, les menthes, les verges d'or, le fenouil, l'hysope, les tagètes et les œillets d'inde attirent les guêpes. » de mini-guêpes pondent dans les pucerons et les chenilles.
Les libellules : « Les libellules sont parmi les plus dangereux prédateurs des insectes. Ils mangent les chenilles, les vers, les mites, les papillons, les cochenilles et tous les autres insectes qu'ils peuvent trouver. »

Il existe des nichoirs à insectes et des abris pour chauves-souris dans le commerce…
Les bombyles, attirés par l’annuelle Limmanthes douglasii, sont les plus importants insectes utiles.
Les coccinelles, chrysope, guêpes prédatrices visitent aussi l’ail, l’anthémis, le fenouil et les achillées.
Les pucerons attirent les prédateurs, ils aiment les orties, le chèvrefeuille, et les lupins.

Quelques plantes mellifères :
Le Buddleia mérite d’être planter pour les papillons qu’il attire.
Le Tournesol : les abeilles aimes ses fleurs, les oiseaux ses graines
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lasanteaveclanature.naturalforum.net
Lou



Nombre de messages : 38
Date d'inscription : 05/08/2008

MessageSujet: Re: Lutte Biologique : les insectes auxiliaires   Mar 12 Aoû - 1:47

Un truc génialement efficace pour les pucerons, qui coute rien du tout, super naturel... Du lait!!!
Oui, du lait a vaporiser directment sur les plantes!
La caséïne colle, et les pucerons ne peuvent ainsi plus s'en défaire pour partir, et finissent par mourir!
Evidemment, il ne faut pas trop en vaporiser au risque d'attirer d'autre bestioles!
Mais ça fonctionne super bien, j'ai testé, et approuvé! lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orchidée
Admin
avatar

Nombre de messages : 779
Localisation : Haute-Savoie
Date d'inscription : 19/04/2006

MessageSujet: Re: Lutte Biologique : les insectes auxiliaires   Mar 12 Aoû - 11:11

cool, je ne connaissais pas; j'ai des pucerons plein mes haricots, je vais donc acheter du lait bas prix car à la maison , je n'ai que du lait Bio et en vaporiser desus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lasanteaveclanature.naturalforum.net
Lou



Nombre de messages : 38
Date d'inscription : 05/08/2008

MessageSujet: Re: Lutte Biologique : les insectes auxiliaires   Mar 12 Aoû - 13:22

Du lait entier, c'est plus efficace! lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orchidée
Admin
avatar

Nombre de messages : 779
Localisation : Haute-Savoie
Date d'inscription : 19/04/2006

MessageSujet: Re: Lutte Biologique : les insectes auxiliaires   Mar 12 Aoû - 14:06

ok merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lasanteaveclanature.naturalforum.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lutte Biologique : les insectes auxiliaires   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lutte Biologique : les insectes auxiliaires
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 1 auxiliaire contre les pucerons
» Quand l'homme s'en mêle
» Natures et découvertes
» Punaise [Pentatoma rufipes]
» Du méthane dans l'atmosphère marsienne. Preuve d'une vie biologique ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Se Soigner au naturel :: LA MAISON :: Le Potager-
Sauter vers: